L’évaluation

  • Les problématiques

    • Résolution de problème
    • Compréhension des concepts
    • Les techniques et processus d’expérimentation, etc
    • La pensée critique et l’évaluation
    • La communication scientifique
  • Incapable d’évaluer tout en même temps

  • Alors, plus de temps est requis pour l’évaluation formelle (de n’importe quelle compétence) moins pour l’enseignement et un curriculum lourd amène moins de temps pour les deux

  • Ce qui signifie que les examens/tests sont quand même une grand partie de la culture des écoles puisqu’ils sont les « plus faciles » à produire et corriger pour donner aux élèves une « valeur » qui les représente aux fins de bulletin

  • L’entrée dans les universités est basée majoritairement sur les aptitudes/résultats qui mettent l’emphase massive sur les résultats à ces examens

  • La pression sur les enseignants justifie l’évaluation finale. Le professionnalisme est jugé.

  • Difficile de trouver une grande diversité de ressources excellentes rapidement et facilement

  • Le facteur motivation est en manque dans certaines formes d’évaluation (ex. : tests rapport de laboratoire)

  • Les barrières linguistiques des élèves dans l’évaluation de la communication scientifique et la compréhension de nouveaux concepts/mots scientifiques.

  • Manque de compétence en mathématique : est une problématique dans certains domaines science (chimie et physique) avec des élèves incapable de relier logiquement des concepts et une règle mathématique (surtout au secondaire)

Les solutions

    • Accès à des suggestions d’évaluation en masse et des exemples fournis par divers intervenants

      • Puisque le gouvernement dicte quoi enseigner et comment l’évaluer, il devrait être responsable pour donner plus de direction.
      • Une collection d’idées excellentes provenant d’excellents enseignants
      • Les organisations scientifiques et les chercheurs
      • Devrait s’étendre à tous les niveaux et sujets, pas seulement des domaines choisis aléatoirement et des sujets en résolution de problème.

 

  • Plus grande emphase sur le développement professionnel continu des enseignants

  • Plus grand accès au développement professionnel pour partager les idées gagnants (comme Science on Stage) qui sont innovantes et excitantes pour les élèves

  • La confiance en soi des enseignants devrait être développée afin qu’ils puissent avoir confiance dans leur jugement professionnel durant l’évaluation

  • Les enseignants innovants, plutôt que les enseignants « expérimentés » devraient agir que mentors pour les enseignants qui débutent.

  • Le programme de mentorat devrait être allongé à deux ans

  • S’il n’y a pas de programme de mentorat:

    • Les enseignants de première année devrait avoir une tâche à 90% (sans pénalité de salaire)
    • Ce devrait être une directive gouvernementale prescriptive
    • Le mentor assigné aux enseignants de première année devrait avoir du temps pour visiter régulièrement ces enseignants pour discuter de leurs tâches, l’évaluation, etc.
    • Le mentor visite les classes pour supporter, observer et donner des conseils constructifs.
  • Les universités devraient utiliser différentes méthodes pour déterminer ceux qui sont acceptés dans leurs programmes, pas seulement sur la base d’examens d’entrée ou de notes

  • Les universités devraient diversifier leurs techniques d’évaluation aussi

  • S’assurer que les mathématiques sont présentes tôt en science afin que les élèves soient conscients de la pertinence des maths en science, MAIS sans alourdir l’élément mathématique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *